• Slide 04
  • Groupe
  • slide 06
  • Slide 03
  • Slide 05
  • Foule
  • slide 07
Dernières nouvelles

Tourner en Europe

PROMOTION | EXPORTATION
Selon la raison pour laquelle on veut être présent sur le territoire européen, les portes d'entrée seront différentes.

Promotion
Si l'on souhaite simplement faire connaître son film en Europe dans le but de le promouvoir, la porte d'entrée sera les festivals. Il est important de souligner qu'il y a un très grand nombre de festivals en Europe et que la plupart exigent maintenant des frais d'inscription et que les frais de transport des copies de visionnement et de projection sont souvent à la charge du producteur. Inscrire un film dans plusieurs festivals peut donc s'avérer très coûteux. Afin de ne pas dépenser temps et argent inutilement, il est important de bien faire sa recherche sur la ligne éditoriale d'un festival avant d'y envoyer son film. Par exemple, il est inutile d'envoyer en soumission un documentaire informatif fait pour la télévision à un festival pointu de documentaire de création. Un film du genre aura beaucoup plus de chance d'être sélectionné dans un festival thématique. Il faut s'assurer que l'œuvre que l'on cherche à promouvoir correspond bien à ce que le festival propose dans sa programmation.

Aussi, il faut être conscient que ce que l'on considère ici comme du documentaire peut ne pas correspondre à l'idée que l'on s'en fait en Europe. Dans le milieu des festivals européens, il y a souvent une distinction marquée entre le documentaire de création et le documentaire/reportage fait pour la télévision. Plusieurs films produits en Acadie seraient considérés en Europe comme du reportage et ne trouveraient pas preneurs auprès des festivals de documentaires, souvent spécialisés dans le documentaire de création. Il existe par ailleurs des festivals voués à l'audiovisuel comme le FIPA de Biarritz.


Exportation
Si l'on souhaite exporter commercialement vers l'Europe, il y a deux avenues possibles : la coproduction et la diffusion en salle, télévisuelle ou institutionnelle.

Diffusion

Distribution (vers les salles)
Si l'on vise de voir son film sur les écrans des salles de cinéma en Europe, alors il faut passer par un distributeur. En général, les films canadiens qui se rendent sur les écrans européens ont un distributeur canadien qui possède les droits internationaux et qui s'occupe de vendre les droits outre-Atlantique. 

Diffusion télévisuelle
Il est assez difficile de vendre un programme télévisuel déjà fait directement à une télévision étrangère à moins que le sujet soit vraiment d'actualité ou exceptionnel. La meilleure façon de procéder si l'on croit posséder un programme qui a le potentiel de vendre à l'étranger est de participer à un marché comme celui du MIPTV ou du MIPDOC. Les responsables des acquisitions de toutes les chaînes européennes y sont.

Une autre option est d'aller rencontrer les chargés de programme d'une chaîne afin de faire un pitch de projet. Un marché de coproduction comme celui du Sunny Side of the Docs est le genre d'endroit où l'on peut entreprendre ce genre de démarche.

Une mise en garde. Il est important de bien se préparer avant de se lancer dans l'arène. Il existe de nombreuses chaînes nationales (les hertziennes) et de chaines câblées spécialisées en Europe et chacune a sa ligne éditoriale. Prenez le temps de vous renseigner sur la ligne éditoriale des chaînes en général et de ce qu'elles recherchent en fonction de leur case horaire avant même de demander un rendez-vous à un responsable des acquisitions ou à un chargé de programmes. La plupart des chaines font des conférences lors de marchés tels que Sunny Side of the Docs ou le MIPTV afin d'annoncer leur orientation pour les prochaines saisons. Mais, comme point de départ, il y a toujours les sites Web des chaînes.

Diffusion institutionnelle
Même si elle n'est pas très payante, la diffusion institutionnelle pourrait être une avenue intéressante pour de nombreuses productions acadiennes. Par diffusion institutionnelle, on entend une diffusion dans le réseau des bibliothèques et des médiathèques, les établissements scolaires (écoles, collèges, lycées, universités), les centres culturels à l'étranger, les associations socioculturelles ou socio-éducatives, etc. qui ont - ou mettent en place - des vidéothèques de prêt et/ou de consultation sur place. 

Coproduction
La coproduction internationale n'est pas simple mais elle peut s'avérer essentielle, si le sujet l'exige, et intéressante d'un point de vue financier car elle permet d'avoir accès à plus de budget.

Un traité de coproduction international est un accord écrit entre deux pays ou plus décrivant les obligations que doit remplir chacune des parties relativement à la production cinématographique ou télévisuelle en question.

Les traités sont administrés par Téléfilm Canada au nom du gouvernement du Canada.
Le Canada a signé des traités de coproduction internationaux avec plus de 50 pays dont la France, la Belgique et la Suisse.

FRANCE
(République Française) - Pays membre de l'Union européenne (UE)
Signé le 30 mai 1983
Révisé le 18 septembre 1992
Révisé le 25 octobre 1997
Media : Cinéma
Participation minimale
Bipartite : 20% (10% pour les longs métrages de langue française d'un budget de plus de 3,5 millions $)
Multipartite : 20%
Doublage et/ou sous-titrage
Obligation de réaliser les travaux de doublage dans l'un des deux pays coproducteurs.
Article VIII : « L'œuvre cinématographique fait l'objet d'une version doublée en français ou en anglais selon le cas. Cette version est établie soit au Canada, soit en France. »

Exceptions
Le tournage en décors naturels, extérieurs ou intérieurs, dans un pays tiers, peut être autorisé si le scénario ou l'action de l'oeuvre l'exige et si des techniciens des deux pays coproducteurs participent au tournage.

La participation d'interprètes de pays tiers peut être admise compte tenu des exigences de l'œuvre et après entente avec les autorités compétentes des deux pays.
Texte officiel du traité Canada-France
Modifications au traité officiel Canada-France

FRANCE
(République Française) - Pays membre de l'Union européenne (UE)

Signé le 11 juillet 1983
Révisé le 8 février 1989
Media : Télévision
Participation minimale
Bipartite : 20%
Multipartite : 20%

Doublage et/ou sous-titrage
Obligation de réaliser les travaux de doublage dans l'un des pays coproducteurs, au choix du coproducteur majoritaire.

Article VII : « Chaque coproduction peut comporter deux versions, l'une en français, l'autre en anglais. Si elle est réalisée seulement en anglais, elle doit obligatoirement faire l'objet d'une version doublée en français. Si elle est réalisée seulement en français, elle peut faire l'objet d'une version anglaise.

Cette opération est réalisée soit au Canada, soit en France. Le choix du pays est effectué d'un commun accord entre les coproducteurs. À défaut d'accord, il relève de la décision du coproducteur majoritaire. En ce cas, le coproducteur minoritaire peut établir librement, mais à ses frais, la version destinée à son propre marché. »

Exceptions
Le tournage en décors naturels, extérieurs ou intérieurs, dans un pays tiers, peut être autorisé si le scénario ou l'action de l'œuvre l'exige et si des techniciens des deux pays coproducteurs participent au tournage.

La participation d'interprètes de pays tiers peut être admise compte tenu des exigences de l'œuvre et après entente avec les autorités compétentes des deux pays.

Dans le cas d'un jumelage, des exceptions peuvent être accordées aux producteurs des pays tiers concernant les scénaristes, interprètes, directeurs et techniciens, dans des cas exceptionnels, pour répondre aux exigences de la production. Ces exceptions doivent obtenir l'approbation des autorités compétentes.
Texte officiel du traité Canada-France

France – Mini-traités
Il y a aussi entre la France et le Canada des mini-traités concernant des activités spécifiques et des aides financières sont disponibles. Veuillez vous référer à http://www.telefilm.ca/fr/fonds-et-programmes/mini-traites pour tous les détails.

Mini-traité production cinématographique (France)
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République Française relatif à la promotion de projets de coproduction cinématographique
Mini-traité production cinématographique

Mini-traité développement télévision (France)
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République Française relatif au développement de projets de coproduction audiovisuelle télévisée de langue française
Mini-traité développement télévision

Mini-traité production animation (France)
Accord entre le gouvernement du Canada et le gouvernement de la République française relatif à la promotion de projets de coproduction cinématographique ou audio-visuelle dans le domaine de l'animation
Mini-traité production animation

Autorité compétente en France
Centre National de la cinématographie (CNC)

Autorisation de tournage en France
www.ambafrance-cy.org/Autorisation-de-tournage-en-France
www.videotruc.com/le-tournage/lautorisation-de-tournage


BELGIQUE

BELGIQUE (Royaume de) - Pays membre le l'Union européenne (UE)
Signé le 24 février 1984
Media : Cinéma
Participation minimale
Bipartite : 30%
Multipartite : 20%

Obligation de comporter au moins un technicien, un interprète dans un rôle principal et un interprète dans un rôle secondaire.
Doublage et/ou sous-titrage

Obligation de réaliser les travaux de doublage ou de sous-titrage en français ou en anglais dans l'un des deux pays coproducteurs, au choix du coproducteur majoritaire.

Article VII : « (1) Chaque film comportera au minimum deux versions parmi les quatre langues suivantes : Français, Néerlandais, Allemand, Anglais.
(2) En pratique, la version originale doit être accompagnée d'au moins une version doublée ou sous-titrée. Cette ou ces versions sont établies soit au Canada, soit en Belgique.
(3) Le choix est effectué d'un commun accord entre les coproducteurs ou, à défaut d'accord, par le coproducteur majoritaire. »

Exceptions
Une dérogation à la participation artistique minimale peut être admise par les autorités compétentes des deux pays.

Dans des cas exceptionnels, la bipartite peut être réduite à 20%.

Le tournage en décors naturels, extérieurs ou intérieurs, dans un pays tiers, peut être autorisé si le scénario ou l'action de l'œuvre l'exige et si des techniciens des deux pays coproducteurs participent au tournage.

La participation d'interprètes et de techniciens cadres d'un pays tiers peut être admise par les autorités compétentes compte tenu des exigences du film.

Autorité compétente en Belgique
Communauté Française de Belgique - Service Générale de l'Audio

Autorisation de tournage en Belgique
www.bruxellestournage.be
www.bruxelles.irisnet.be/mobilite-et-transports/contacts/demande-dautorisation-de-tournage-sur-une-voirie-de-la-region


SUISSE

SUISSE (Conseil Fédéral)
Signé le 22 octobre 1987
Media : Cinéma et télévision
Participation minimale
Bipartite : 20%
Multipartite : 20%
Doit comprendre trois techniciens, un interprète dans un rôle principal et deux interprètes dans un rôle secondaire.

Doublage et/ou sous-titrage
Obligation de réaliser les travaux de doublage ou de sous-titrage en français ou en anglais dans l'un des deux pays coproducteurs.
Article VIII : « Le doublage ou le sous-titrage en français, en anglais, en allemand et en italien de chaque coproduction est fait au Canada ou en Suisse. Toute dérogation devra être approuvée par les autorités compétentes des deux pays. »

Exceptions
Une dérogation au minimum de personnel requis doit être approuvée par les autorités compétentes des deux pays.

Un lieu de tournage extérieur et intérieur dans un pays tiers peut être autorisé si le scénario ou l'action l'exige et si des techniciens des pays coproducteurs participent au tournage.

Des travaux de laboratoire peuvent être autorisés dans un pays tiers s'ils sont techniquement impossibles dans les pays coproducteurs. Ils doivent être approuvés par les autorités compétentes.

La participation d'interprètes d'un pays tiers, compte tenu de la coproduction, devra être approuvée par les autorités compétentes.

Texte officiel du traité Canada-Suisse

Autorité compétente en Suisse
Office fédéral de la culture
http://www.bak.admin.ch

Autorisation de tournage en Suisse
www.filmlocation.ch
Le Centre de ressources international et acadien (CRIA) est un guichet unique, en ligne, qui regroupe toutes les informations pertinentes quant aux structures, aux fonctionnements des divers réseaux qui composent l'ensemble des marchés des différentes industries culturelles acadiennes et européennes. Le Centre est un projet de la Stratégie de promotion des artistes acadiens sur la scène internationales (SPAASI) de la Société Nationale de l'Acadie (SNA).
Suivez-nous sur le web Facebook Twitter youtube

Nos partenaires

SNA  APECA  Musicaction  NB  IPE  logo ns 
Répertoire des artistes Calendrier Infolettre
Répertoire pros
 btn marches
Vivre en acadie